FILM TALKS #28: Denis Dailleux, photographer (Paris, France)

(Original French version follows)

FotoFilmic: A portraitist photographer with subtle documentary affinities, your photographs reveal themselves with a rare iconographic depth and ethical grace, emerging gradually in time and thought. Seemingly informal or unconstructed, your portraits nonetheless contain and suggest a complex, vivid human reality in which your subjects exist both literally and poetically. Is this “intimate objectivity”/“objective intimacy” dimension in your work still tied to photographing on film, or have you on the contrary managed to translate it, or migrate it to digital technology today?

Denis Dailleux: I am still working with the 6×6 square format and thus far haven’t given in to digital just yet. I’ll admit I’d be a little scared of loosing my soul with digital. The cost of digital medium format systems also helps to keep me away from them. But that’s also about how one relates to reality, film implies a struggle with it, working out a solution for it. With digital it seems you’re just a victim of it.

 

© Denis Dailleux. Mother and son. Ali and his mother. Egypt, Cairo, 2011.

F/F: Your artistic vision and sensibility makes ample use of the square medium format box: does this represent more a practical or aesthetic choice? Or is the more geometric vision essential to your portraiture language? And has your motivation for it changed since the inception of digital over 10 years ago?

D.D: Framing is essentially why I chose this format. In the past I worked with 35mm and spent a lot of time just framing. With the square format, I feel the framing is always already there, letting me just focus on what’s in there. Although I think that format kind of got out of fashion lately, being less and less embraced. It’s probably because square images are pretty and seductive in their own way. And these days aesthetic appeal, at least in my opinion, is generally first perceived as a negative: people don’t want pretty, they want meaning, something smart. They think beautiful excludes meaningful, which of course isn’t true at all for me.

As for digital, I can say it didn’t change a thing with regards to my photography. Sure, I do use my I-phone as a visual pad of sort. I play with it, dream with it, research with it but that’s only to then build further on film. It remains a gimmick, akin to a secondary notepad. I’m actually increasingly doubtful about its usefulness in my work. For me, digital applications or software enhance reality way too much. And the last thing I want is to sublimate or transform reality. The only way to make it sublime is through light, playing with over or under exposure. Film allows me to adapt to any country’s light.

 

© Denis Dailleux. Mohamoud in Saqqara, Egypt, Cairo, 1994.

 

F/F: Do you think film photography can remain relevant to the press industry in today’s highly digitized visual culture often favoring speed and quick content turnover? Did you encounter situations as a member of L’Agence VU’ where going digital was the only option?

D.D: There is just no room left for film in today’s photojournalism, that’s a fact. Priority is given to speed of production, transmission and reception, period. That’s why film is this industry is largely perceived as has been. Personally, I don’t work digitally for the press.

F/F: FOTOFILMIC is dedicated to supporting and promoting new generations of photographers attached to the film medium today: what essential advice or recommendation would you have for them?

D.D: I’m not really in a position to advise anyone, especially not in such a generic way. My only recommendation to those starting out with film photography would be to keep on practicing over and over until they find their own voice. Film photography requires work, especially in the beginning when one needs to immerge himself/herself into it before taking the time to look back and think. And so on and so forth.

 

© Denis Dailleux. Portrait of a man coming out of a trance. Ghana, Winneba, February 2012.

F/F: You are mostly based out of Cairo, Egypt, where you’ve been living for the past 15 years while documenting the many evolutions and revolutions of the “Arab Spring”: what’s the current political situation like over there? On a more casual side: are there still photo stores and labs in Cairo to take care of your processing and printing needs?

D.D: I don’t live in Cairo anymore, but am rather pessimistic on the future of the country as a photographer, it has become more and more difficult to document life there due to the resurgence of nationalist ideas turning photographers into suspects.

I was in Cairo just two days ago and was roughly inspected at check out because of the hundred rolls I was taking with me to work in Ghana. Getting out of the country with film is now a nightmare since Sissi came to power.

Yes I was processing my films in Cairo, but I suspect the lab I was working with won’t stay in business much longer because of digital photography.

 

© Denis Dailleux. Man looking at the Red Sea. Egypt, El Qusier, 2003.

F/F: How do you see the future of film and analog photography in general? Do you think it will succeed in remaining a relevant artistic medium somehow?

D.D: I’m not overly optimistic either on the future of film photography, mostly because of the rising price of film and film processing all over the world. At the same time, it is a surprising relief to see so many young accomplished digital photographers choosing film for their more personal or artistic work. It makes me think film photography will probably turn into a more elitist practice focused on Art.

© Denis Dailleux. Boy, Ghana, Takoradi, December 2010.

F/F: Let’s now turn to your recent achievements and ongoing news: the “Denis Dailleux’s Egypt” exhibition has just recently concluded near Paris (Conflans-Sainte Honorine, Yvelines), while 2014 brought 2 new book publications, “Mothers and Sons” (Le Bec en l’Air Editions) and “Egypt the Revolution Martyrs” (Ibid.). Any other upcoming projects, exhibitions or publications?
D.D: Right now I’m also part of 2 other collective exhibitions at Mac/Val (Museum of Contemporary Arts Val de Marne) and at the Fragonard Museum in Grasse (“Interior Scenes”). I’m also hoping to publish my Ghana work a year from now with the same Bec en l’Air editor.

F/F: If everything was possible, what would be your ultimate photographic project (or else)?
D.D: I couldn’t tell you for fear of not being able to finish it! On the other hand I’d very much like to work on a project dedicated to the Coptic community’s art of tattooing.

© All images by Denis Dailleux
http://www.denisdailleux.com/

French interview translated in English by FotoFilmic

___________________

FotoFilmic’s FILM TALKS series is all about sharing experienced views, artistic endeavors, industry outlooks and how to reshape the contemporary practices at the center of the film photography medium today. FILM TALKS invite advanced artists, independent publishers, photo editors and art dealers, as well as the broad creative crowd of visual arts to engage in insightful dialogues with FotoFilmic about film photography in all aspects.

Interview en Francais: 

FotoFilmic: Photographe portraitiste à la sensibilité documentaire hors du commun, vos photographies révèlent et se révèlent lentement par une sorte de prégnation temporelle à la fois empreinte de pudeur et de profondeur. Effleurant la surface, elles engouffrent cependant une humanité entière et complexe où les sujets existent autant poétiquement que littéralement: travaillez-vous toujours aujourd’hui cette approche “intimement objective” sur film, ou l’avez-vous transcrite toute ou en partie au prisme de la technologie numérique ?

Denis Dailleux: Je travaille toujours avec mon boîtier 6×6 et pour le moment je n’ai pas fait de concession au numérique. J’avoue que j ‘ai peur de perdre mon âme en passant au numérique. D’autre part le coût d’un moyen numérique me dissuade de m’en procurer un. C’est aussi une question de rapport à la réalité. Avec l’argentique, on est au prise avec elle, on la travaille. Avec le numérique, on la subit.

F/F: Votre pratique artistique argentique apparait solidement ancrée au sein du moyen-format carré: pouvez-vous nous parler un peu de comment ce choix pratique, cette mise en vision géométrique particulière vous convient pour intuitionner votre photographie et son language esthétique. Votre approche a-t-elle changée depuis l’avènement du digital en photographie voici maintenant plus de dix ans, et si oui comment?

D.D: J’ai choisi ce format pour des raisons de cadrage. Dans le passé, je travaillais au 24×36, et je passais mon temps à cadrer. Avec le carré, le cadre est déjà fait, je n’ai plus qu’à m’occuper de ce qu’il y a dans l’image. Pourtant je pense que le format carré passe de mode, qu’il s’efface peu à peu. Car le carré, c’est joli, c’est esthétisant. Or, à mon sens, on a de plus en plus tendance à bannir le joli : on veut non plus du ”beau”, mais du sens. Si c’est beau, on pense que ça n’a pas de sens, ce qui n’est pas contradictoire selon moi.

Quant au numérique, en aucun cas il n’a changé ma photographie. Je concède que je me sers de mon Iphone comme d’un brouillon. Avec lui, je joue, je rêve, prospecte, avant de construire par l’argentique. Mais cela reste un gadget, comme un carnet de note mais qui resterait secondaire.

D’ailleurs, je suis de plus en plus sceptique quant à son utilité pour mon travail. Pour moi, les applications numériques subliment trop la réalité. Or, je ne souhaite pas utiliser de technique transformant, sublimant la réalité. Je ne veux la sublimer que par la lumière, grâce au jeu de sur ou de sous exposition. L’argentique me permet de m’adapter à la lumière du pays.

F/F: Au regard d’une culture visuelle contemporaine toujours plus instantanée et omniprésente dans notre société maintenant numérique, pensez-vous que la photographie argentique peut retenir une forme de pertinence dans l’industrie journalistique? Vous même en tant que photographe membre de l’Agence VU, vous arrive-t-il de devoir faire le choix du numérique pour un travail de presse?

D.D: De facto, il n’y plus de place pour l’argentique, car dans le photo- journalisme, la priorité est donnée à la rapidité d’exécution, de transmission, de réception. On comprend pourquoi l’argentique est dans ce champs perçu comme « Has been ». Personnellement, je ne travaille pas en numérique avec la presse.

F/F: La Foundation et plateforme de publication FotoFilmic a pour mission de favoriser l’émergence de nouvelles générations de photographes argentiques: quels conseils et recommendations essentielles leur donneriez-vous pour réussir?

D.D: Je n’ai pas la prétention de donner des conseils, pas de manière générique en tout cas. Pour ceux qui se lanceraient dans l’argentique, la seule chose que je puisse leur dire et de toujours faire et refaire, jusqu’à trouver sa voie, son propre langage. L’argentique demande de l’effort, il faut dans un premier temps foncer, travailler, puis prendre le temps du recul et de l’analyse. Et ainsi de suite.

F/F: Vous êtes principalement basé au Caire en Egypte où vous vivez depuis maintenant une quinzaine d’années et avez documenté les nombreuses évolutions et révolutions dudit “printemps arabe”: quelle est la situation politique actuelle du pays vécue de l’intérieur? Et, beaucoup moins crucialement, comment subvenez vous à vos besoins argentiques au Caire: les laboratoires,     magasins ou distributeurs nécessaires existent-ils toujours?
  
D.D: Je ne vit plus au Caire mais je suis aussi assez pessimiste sur l’avenir de ce pays, en tant que photographe il me semble que c’est de plus en plus compliqué de documenter ce pays depuis qu’un vent nationaliste souffle sur ce territoire et que la présence d’un photographe devient suspecte.

J’étais au Caire il y a deux jours et j’ai subit un contrôlé musclé à la sortie du pays à cause de la centaine de films que j’emportais avec moi pour faire des images au Ghana. C’est devenu depuis l’arrivée de Sissi au pourvoir un enfer de sortir du pays avec des films.

Je faisais développer mes films au Caire, mais je pense que ce laboratoire ne va pas résister longtemps à l’arrivée du numérique.

F/F: Comment envisagez-vous le future de la culture photographique argentique? Pensez-vous que le médium du film puisse éventuellement occuper un jour une place à part entière dans la sphère artistique de la photographie contemporaine?

D.D: Je suis assez pessimiste sur le devenir de la pratique argentique parce que les films ainsi que leur développement coûtent de plus en plus chers. Pourtant, c’est surprenant de voir de plus en plus de jeunes photographes maitrisant parfaitement le numérique se lancer dans des boulots personnels en argentique. J’ai donc tendance à penser que l’argentique va devenir élitiste, restreint au champ de l’Art.

F/F: Parlons un peu de votre actualité artistique: l’exposition “L’Egypte de Denis Dailleux” se conclue ces jours prochains (Conflans-Sainte_Honorine dans les Yvelines en région parisienne), et l’année passée (2014) a été prolifique avec la publication de 2 magnifiques nouveaux ouvrages, “Mère et Fils” (Editions Le Bec en l’air, 2014) et “Egypte les martyrs de la revolution” (au même éditeur la même année): quels sont les projets, expositions ou publications à venir?

Question actualité, je participe actuellement à l’exposition collective du Mac/Val ainsi qu’à l’exposition collective « Scènes d’intérieurs » du musée Fragonard de Grasse, et j’espère publier dans un an mon livre sur mon travail au Ghana aux éditions du bec en l’air.

F/F: Si tout était possible, quel serait votre projet photographique (ou autre) coup de coeur?

D.D: Je ne souhaite pas vous le dire car je ne suis pas sûr d’aller jusqu’au bout. J’ai cependant envie de monter un projet autour des tatouages au sein de la communauté copte.